Chercher, comparer, trouver, votre futur camping-car, vos pièces et accessoires neufs et d'occasions au meilleur prix sur toute la France !!
Vous êtes un particulier ?
Déposez une annonce gratuitement
Vous êtes un professionnel ?
Découvrez nos offres

Annonce déposée par

Découverte du Parc Astérix

Informations générales

Détail de l'annonce

Le Parc Astérix est un complexe touristique comprenant un parc à thèmes et un hôtel ouvert le 30 avril 1989 et géré par la Compagnie des Alpes, une filiale de la Caisse des dépôts, depuis 2002. Le parc à thème est consacré à l’univers de la bande dessinée d'Uderzo et Goscinny : Astérix. Il est situé à Plailly, dans l’Oise, à une trentaine de kilomètres de Paris.

En savoir un peu plus ...
Genèse
Vue aérienne du parc Astérix

Le Parc Astérix est, avec Mirapolis, Zygofolis et Big Bang Schtroumpf, l'un des grands projets dans les parcs de loisirs français à la fin des années 1980. Dès 1981, Albert Uderzo, après avoir visité Disneyland en Californie, imagine un projet d'un parc d'attractions sur le thème d'Astérix, cependant la conjoncture économique à la suite de l'élection présidentielle de François Mitterrand retarde le projet. En 1984, les études de marché, de faisabilité et de financement sont rendues possibles grâce à la rencontre d'Albert Uderzo, de Patrice Tournier, spécialiste de concepts de projets immobiliers et d'Éric Licoys, banquier d’affaires qui dirigera le Groupe Moniteur et siégera au Conseil d’administration de Rentabiliweb4. Le site est majoritairement façonné par deux architectes, Michel Kalt et Jean-Michel Ruols, initiateur des parcs aquatiques en France. La société « Parc Astérix SA » au capital de 250 millions de francs français est fondée en 1985. À la tête du projet, le groupe financier britannique Barclays réunit vingt autres investisseurs dont l'Union des assurances de Paris, la Région Picardie, la Compagnie générale des eaux, le groupe Havas. Six concepteurs, parmi lesquels Pierre Tchernia et Uderzo, se penchent sur la conception du parc. Les quatre autres scénaristes du parc sont Marcel Gotlib, Roger Carel, Gérard Hernandez et Fred4,3. L'investissement représente 850 millions de francs français (130 millions d'euros) pour un millier d'emplois créés. L'élaboration d'un parc à thème se compose généralement de coûts « durs » et de coûts « doux ». Les parcs américains sur lesquels se basent les concepteurs ont 70 % de coûts « durs » pour 30 % de coûts « doux ». Au Parc Astérix, les modifications de conception et d'autres facteurs conduisent à des coûts « doux » équivalant à environ 40 % de l'investissement total10. L'été 1987 marque le début de la construction du parc. Il se situe à environ 30 km au nord de Paris11. L'emplacement est choisi – entre autres – en raison de son réseau de communications. L'aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle n'est qu'à dix kilomètres, un échangeur privé relie le parc à l'autoroute A1 et un service de navettes fait la jonction avec une ligne de métro. Deux millions de visiteurs sont attendus en 1989.
Inauguration et déconvenue

Jack Lang, ministre de la Culture inaugure le site le 27 avril 1989 après deux ans de travaux12. Les premiers visiteurs y sont accueillis le 30 avril 1989. Le parc de loisirs de 22 hectares est composé à l'époque de cinq quartiers thématiques : la Via Antiqua, le village d'Astérix, la rue de Paris, le grand lac et la cité romaine. Le site de loisirs reçoit 20 000 visiteurs le premier week-end d’exercice. Les premières semaines, le parc est victime de son succès et le public en est excédé. La gestion des foules pose problème. La fréquentation dominicale est significativement plus élevée que prévu. Elle a pour conséquence la fermeture du parc à plusieurs reprises en raison de l'encombrement excessif le dimanche. La bretelle autoroutière n'est pas assez longue, les parkings de 8 500 places se remplissent trop lentement, les quelques attractions ne tournent pas suffisamment vite, la capacité est trop faible et surtout le nombre de places assises dans les restaurants est insuffisant. La fréquentation s'effondre du fait de l'insatisfaction du public. Sur les deux millions de visiteurs attendus, 1 340 000 se déplacent. Mais le site de loisirs ne commet pas les mêmes erreurs que ses concurrents contemporains : les spots publicitaires télévisés sont simples et directs, ils ont un impact bénéfique sur la fréquentation. De plus, son service ciblant les groupes est performant, il réussit à attirer environ 50 % de sa fréquentation annuelle de groupes10. Les premières années sont rudes. Le parc éprouve des difficultés financières en automne 1989, entre autres à cause d'une fréquentation décevante13. Un tiers des capitaux apportés par l'actionnariat sert à combler le déficit d'exploitation du premier exercice. Les deux tiers restants servent à augmenter la capacité d'accueil. La deuxième saison débute le 4 avril 1990 avec 60 millions de francs investis (près de 10 millions d'euros) en attractions, aménagements, restauration et réparation ainsi qu'une nouvelle zone : la place de Gergovie. L'année se clôt avec de meilleurs scores : 1 453 000 visiteurs, un chiffre d'affaires de 260 millions de francs (40 millions d'euros) qui représente une augmentation de 22 % sur le premier exercice. L'année 1991 voit 1,4 million de personnes passer les portes14. Le parc de loisirs investit 19 millions de francs (3 millions d'euros) pour l'ouverture de la saison 1992. Cette année voit la création de Menhir F.M, la radio du parc. Le 12 avril 1992, Eurodisney ouvre ses portes et la fréquentation du parc Astérix plonge : moins 30 % et 990 000 entrées, dont ½ de franciliens. Le chiffre d'affaires fait de même : moins 19 % pour atteindre 170 millions de francs français (26 millions d'euros). Les résultats annuels de fréquentation sont les pires de son histoire. Les chiffres font craindre la faillite. Le directeur, Olivier de Bosredon, prend des mesures drastiques telles licenciements, restrictions budgétaires. Pourtant, les familles sont apprivoisées par l'idée de grands parcs de loisirs via la communication Disney et ceci profite au parc gaulois. De plus, il se positionne vis-à-vis de ce concurrent. Il incarne l'exception culturelle française et est, à ce titre, régulièrement comparé à l'américain Disneyland Paris, en déficit chronique16. Le nombre de visiteurs augmente à nouveau et atteint 1 180 000 visiteurs en 1993.
Prospérité et introduction en bourse

En 1994 et pour la première fois de son histoire, le parc à thème est rentable. La prospérité arrive grâce à l'ouverture de la zone grecque représentant 20 millions de francs (3 millions d'euros). La fréquentation est en hausse (1,55 million de visiteurs), les ventes augmentent de 32 % pour atteindre 270 millions de francs français (plus de 40 millions d'euros). La saison 1995 est marquée par une augmentation de 15 % du public dont une augmentation de 20 % en août de cette année, ceci représente 1,8 million de visiteurs sur l'année. 1 700 000 personnes sont accueillies dans l'enceinte du parc Astérix en 1996. Depuis, il n'a cessé de gravir les échelons jusqu'à s'établir dans le trio de tête des parcs français au regard de sa fréquentation. L'année 1997 s'avère exceptionnelle pour le parc grâce à 1,9 million de visiteurs qui est attiré par la nouveauté de l'année : le Tonnerre de Zeus. Il lui permet de réaliser sa meilleure saison depuis son ouverture. Le chiffre d'affaires ainsi que la fréquentation progressent ainsi de près de 14 % en un an. La même année, Parc Astérix SA est introduit en bourse, au Second Marché de la Bourse de Paris. En 1998, il achète le grand aquarium Saint-Malo et 1 710 000 visiteurs fréquente le site de loisirs isarien. En 1999, il fusionne avec le groupe musée Grévin-France Miniature. Dans le but de créer le premier groupe français de loisirs, le parc Astérix lance une OPE sur la société du musée Grévin. Cette opération se traduit par l'échange d'actions entre les actionnaires des deux sociétés18. L’entreprise devient alors Grévin & Compagnie SA. Cette année, l'Hôtel des 3 Hiboux d'une capacité de cent chambres est inauguré en juillet. La saison 1999 se clôture en hausse : 2 millions de visiteurs, ce qui est un nombre record pour le parc. Le résultat comptable suit la même tendance : une hausse de 30 %. En 2001, le parc Astérix reçoit environ 1,8 million de visiteurs avec un chiffre d'affaires de 61 600 000 €, soit 60,9 % du groupe Grévin11. En 2002, Disneyland Resort Paris inaugure son deuxième parc à thèmes : Parc Walt Disney Studios. Ceci fait craindre un important recul de la fréquentation mais ce n’est pas le cas. D’ailleurs, 1 750 000 visiteurs se rendent à Plailly, soit 100 000 de plus que prévu. En juin de la même année, la Compagnie des Alpes acquiert Grévin & Cie via une OPA et crée CDA Parks.
Consolidation

En 2005, le parc à thème organise l’événement « Lutèce Plage » qui consiste en une plage aménagée et des animations au bord du Grand Lac en été. Autre événement et pour contrer Halloween, le site isarien lance la « fête des druides » avant de revenir sur sa décision en 2009 en fêtant Halloween lors de l'événement « Peur sur le Parc Astérix ». Le nombre de visiteurs atteint 1,8 million en 2006. Néanmoins, depuis plusieurs années, la timidité des investissements pèse sur la popularité du site, boudé par les ménages. La fréquentation s'érode en 2007 et le complexe de loisirs est relégué à la troisième place du palmarès français, dépassé par le Futuroscope et Disneyland ParisN 5. Cette même année, il ouvre pour la première fois lors des fêtes de Noël. En 2008, le parc connait une hausse de la fréquentation de 12 % pour atteindre 1 800 000 personnes et une progression du chiffre d’affaires de 7,54 %. Cette progression s’explique par une augmentation du nombre de jours d’ouvertureN 6. Le site renoue ainsi avec une fréquentation en hausse, après trois années de baisse. Pour célébrer les vingt ans du parc en 2009, un programme de rénovation des attractions et de réhabilitation du parc est lancé. Entre autres, la statue emblème d'Astérix est dorée pour l'occasion avant de retrouver ses couleurs habituelles la saison suivante. Le groupe prévoit d'aménager 30 000 m2 de nouvelles attractions entre 2009 et 2014 sur le site du parc Astérix, ainsi que 100 nouvelles chambres. L'année 2009 voit 1 820 000 personnes passer les portes tandis qu'en 2010, le parc enregistre 1 663 000 visiteurs, soit 8,6 % de diminution. Le parc projette de construire un centre de conférences à destination d’une clientèle d’entreprises. Quatre ans après la première édition, le Parc Astérix n'organise plus de saison hivernale en 2011. La même année, il renforce de 56 % les effectifs de sécurité et le chiffre d’affaires atteint 66 millions d'euros. 1 595 000 de visiteurs se rendent à Plailly, dont 84 % de Français et 47 % de Franciliens.
Nouveaux investissements

Sur le thème de l'Égypte, une nouvelle zone de 2,5 ha, soit 10 % de surface supplémentaire, est inaugurée en 2012. Ceci représente deux ans de travaux impliquant plus de 300 hommes et 30 corps de métiers. Avec ses investissements, la direction espère attirer 200 000 visiteurs supplémentaires, soit 12 %. Une augmentation de 128 000 entrées et de 8 % de la fréquentation est constatée en fin d'année ainsi qu'un chiffre d'affaires en évolution de près de 10 %. Avec 1 723 000 visiteurs, le parc reprend en 2012 la deuxième position du classement français, devance le Futuroscope et reste derrière le complexe Disneyland Paris. En 2013 et 2014, le Puy du Fou est le second complexe français en termes de fréquentation, le Parc Astérix passe en troisième position. En 2015, le parc renouvelle son offre de spectacles avec trois nouveautés et réhabilite deux salles de spectacles, dont une jusqu'alors abandonnée. La saison 2015 se termine avec une légère augmentation, plus de 1,850 million d'entrées et un chiffre d'affaires de 80 millions d'euros. Ces chiffres de fréquentation sont remarquables, ils n'ont été dépassés que deux fois par le passé, en 1997 et 1999, deux années exceptionnelles. En 2016, l'attraction familiale Discobélix prend place dans le quartier grec. Cette même année, Nicolas Kremer, le nouveau directeur général du parc, déclare que de lourds investissements seront réalisés endéans les dix prochaines années pour que le parc devienne une destination et non plus un simple lieu de loisirs. l'Hôtel des 3 Hiboux propose en 2017 un nouveau restaurant et cinquante chambres supplémentaires pour atteindre le nombre de cent cinquante. De plus, un centre de conventions et séminaires s'ajoute aux disponibilités offertes par le parc. Lors du printemps 2018, le site de loisirs isarien ambitionne l'inauguration de la « Cité suspendue », un nouvel hôtel de 150 chambres. En une décennie, le parc a l'intention de construire un troisième hôtel, pour avoir un total de 450 chambres, et 200 millions d'euros seront investis

Aire de stationnement :

Parc de Loisirs "Astérix".
14 km au Sud de Senlis.
Stationnement possible (gratuit) 1 nuit sur le parking du parc à conditions d'arriver avant la fermeture des grilles.
http://www.parcasterix.fr/contacts
GPS: N 49°13'28.91 / E 06°09'21.96
Tel: 08.26.30.10.40

Contact annonceur

LCCC

Gestion de l'annonce

Statistiques de l'annonce

Nombre de vues : 662
Dernière visite le : 17/08 à 20:36
Référence : 722
Envoyer à un ami :   
 
En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de Cookies.

OK