Site d'annonces de mise en relation vendeur, acheteur, loueur de camping-car. Ventes d'accessoires, pièces détachées neuves et occasion sur toute la France !!
Vous êtes un particulier ?
Déposez une annonce gratuitement
Vous êtes un professionnel ?
Découvrez nos offres

Annonce déposée par

Découverte d'Ansouis

Informations générales

Détail de l'annonce

Ansouis est une commune française située dans le département de Vaucluse, en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

La commune est située au sud du massif du Luberon et son village est un village perché. Comme beaucoup de commune du secteur, tourisme et agriculture (vignes, oliviers, etc.) jouent une part importante dans son économie.

Ses habitants sont appelés les Ansouisiens

En savoir un peu plus ...
Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]
Sur le territoire de la commune les fouilles ont mis au jour un site épipaléolithique (-8 500 ans) avec son outillage de silex taillés et de percutoirs ainsi qu’une station néolithique où ont été récupérés des polissoirs, des meules et des poteries. La population ligure qui habitait le site commerça avec les Massaliotes comme en attestent les découvertes de monnaies grecques.

Bien que le toponymiste Charles Rostaing ait proposé comme origine du nom du village celui d’un homme latin appelé Ansius, les vestiges gallo-romains restent rares si l’on excepte les ruines d’un temple sur lequel fut bâti le prieuré roman consacré à Saint-Étienne.

Moyen Âge

Porte du château d'Ansouis.
La première mention du village est faite en 963, quand Lambert de Reillanne donne à l’abbaye Saint-Pierre de Montmajour des terres sises à Ansoye. Ce qui laisse supposer que ce fief, comme une bonne partie du Luberon, appartenait au ixe siècle à son grand-père Foucher de Valensole.

Lors de cette donation le « castrum » existait déjà mais la première enceinte protectrice du village, construit en amphithéâtre, ne fut édifiée qu’au cours des xiie et xiiie siècles.

Le plus ancien lieu de culte semble être le prieuré cassianite de Beauvoir — actuellement Notre-Dame de Beauvoir — dépendant de Saint-Victor de Marseille. Ses multiples remaniements laissent deviner quelques éléments du xie siècle. Appelé Notre-Dame d’Estrées, ce prieuré passa, au xiie siècle, à l’abbaye Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon. Transformé de nos jours en bâtiment agricole, il a conservé le décor de ses impostes et une corniche cernant l’abside.

Vient ensuite le prieuré de Saint-Étienne (de Balmas, 1115) qui était la propriété des cisterciens de Sainte-Marie de Psalmody, église dédiée à Saint-Martin lui est contemporaine, son ornementation se compose de têtes humaines et animales ainsi que de végétaux. L’intérieur est orné de retables et de statues du xviiie siècle.

Ansouis était un fief qui dépendait du comté de Forcalquier, et passa aux Sabran en 1178 par l'union de Raimon Ier avec Garsende, comtesse souveraine de Forcalquier. Depuis huit siècles, le lion des Sabran flotte sur le village. Lorsque le comté de Forcalquier perd son indépendance en 1209, à la mort de Guillaume II, un de ses neveux, Guillaume de Sabran tente de le relever. Après une lutte de dix ans, il passe un accord à Meyrargues le 29 juin 1220 avec Raimond Bérenger IV, comte de Provence et lui aussi héritier du comté de Forcalquier. Par cet accord, la moitié sud du comté, dont Ansouis, lui est donnée, et en fait partie jusqu'à sa mort, vers 1250.

Le comte Elzéar de Sabran (1286-1324) a marqué l'histoire locale. Il fut en effet canonisé par l'Église catholique, sous le pape Urbain V, en 1369. Avec sa femme Dauphine ou sainte Delphine, proclamée elle Bienheureuse, il vécut quelques années au château d'Ansouis.

L'église du village conserve leurs reliques. Tous les ans en septembre, les Ansouisiens organisent d'ailleurs un pèlerinage en leur honneur.

Jean de Sabran (-av.1384), capitaine d'Aix (1367), châtelain d'Aix (1370), viguier de Marseille (1381), fut seigneur d'Ansouis et grand chambellan de la reine Jeanne. Il était le troisième fils de Guillaume de Sabran, baron d'Ansouis et comte d'Ariano. Jean épousa avant 1351, Isoarde de Roquefeuil, dame de Puyloubier, de Belcodène et de Mimet, fille d'Isnard de Puyloubier, seigneur de Puyloubier et de Roquefeuil. Il eut de longs problèmes avec son frère Guillaume au sujet de l'héritage paternel, si bien que la reine Jeanne du intervenir. Le 9 mars 1351, il prêta hommage pour Puyloubier à la reine Jeanne.

Époque moderne[modifier | modifier le code]
Le village est dominé par un beffroi surmonté d’un campanile. Cet ensemble a été élevé après le siège que firent les Ligueurs en 1585 pour reprendre Ansouis, bastion catholique, aux religionnaires qui l’avaient investi. Les belles maisons du centre-ville ainsi que la tour de guet des remparts datent aussi des xvie et xviie siècles. C’est là que se tient tous les jeudis un marché provençal.

Les Sabran conservèrent avec le titre de baronnie, la seigneurie d'Ansouis du xiiie siècle jusqu'au début du xviie siècle, date à laquelle elle vint à Sextius d'Escallis.

On cite ce mot poétique de la comtesse de Sabran, veuve à 20 ans, en 1774, de l'amiral de Sabran - son ainé de 50 ans et père de ses deux enfants - à son amant en 1777, le chevalier de Boufflers, chevalier de Malte qui fut gouverneur du Sénégal et l'épousa après une liaison de 20 ans (lettre de la correspondance conservée dans les archives familiales - cf. Claude Frégnac, op.cit., p .113), lui avouant ce qui en lui l'a séduite :

« C'est un certain je ne sais quoi qui met nos deux âmes à l'unisson... car sous cette enveloppe sauvage tu caches l'esprit d'un ange et le cœur d'une femme. »

Sa fille Delphine, que Boufflers avait baptisée « la reine des roses », devait en 1803 aimer Chateaubriand, qui l'a décrite "héritière des longs cheveux de Marguerite de Provence".

Époque contemporaine
Le château fut racheté au xixe siècle par le duc de Sabran, pair de France. En 1818, Charles X fit duc le cousin de Delphine et dernier du nom, Elzéar Zozime (+ Marseille, 1847), comte de Sabran, lieutenant général des armées du Roi en Provence sous la Restauration, depuis 1815 Pair de France héréditaire.

En 1836, la marquise de Saqui de Sannes vendit Ansouis à Elzéar-Louis-Zozime, duc de Sabran; ses descendants le conservèrent jusqu'en 2008.

En juillet 1828 l'union du comte de Sabran avec Victorine de Pontevès étant demeurée sans enfants, le roi avait autorisé la substitution de ses « noms, armes et pairie ducale » à un neveu de son épouse, Marc-Édouard de Pontevès-Bargème, puis en cas de défaillance « de mâle en mâle et par ordre de primogéniture » à son frère jumeau puîné Léonide, qu'il adopta l'un et l'autre en août 1832, d'où le nom actuel de cette famille.


Une rue d'Ansouis en 2008.
En 1936, le château inhabité et plus ou moins abandonné fut réoccupé par le duc Fouques (1908-1973) et son épouse née Roselyne Manca-Amat de Vallambrosa (1910-1988), amateurs d'art et d'antiquités, qui pendant 40 ans restaurèrent bâtiments et jardins.

Le 29 octobre 2007, le domaine ancestral, propriété indivise depuis 1973, a quitté le patrimoine des Sabran-Pontevès par une vente judiciaire ordonnée par le tribunal de grande instance de Paris, à la requête de la seule cohéritière, la « duchesse » Jacques d'Orléans, née Gersende de Sabran-Pontevès, en litige avec ses trois frères et qui, souhaitant sortir de 25 ans d'indivision, a provoqué le partage et la vente des biens constituant le patrimoine familial.

À propos de cette vente, Elzéar de Sabran-Pontevès, fils de Géraud, maire de la commune, a dit : « Le propriétaire vient d'acheter une simple carcasse (sic), mais il n'aura jamais l'âme de notre famille. Le château s'est vendu hier à 4,7 millions d'euros, ce qui est le prix d'une propriété dans le Luberon. Judas n'aura pas l'argent escompté de cette vente »20. Pierre Cardin ayant surenchéri, une seconde vente eut lieu le 17 janvier 2008 au profit de Gérard et Frédérique Rousset-Rouvière, qui l'acquirent "à la troisième bougie" pour 5,6 millions d'euros.

Depuis lors, ce couple d'aixois passionnés par le patrimoine a entrepris de remeubler la demeure.

Ce Monument Historique est ouvert au public du 1er avril à la Toussaint.

Politique et administration
Tendances politiques et résultats
L'électorat est plutôt un électorat de droite.Lors de chaque élection, le taux de participation est toujours plus élevé (jusqu'à 10 % parfois) qu'au niveau national ou départemental (législatives).

Élections locales
Cantonales
Le canton de Pertuis qui fait partie de la seconde série des cantons et a été renouvelé lors des élection cantonale de 2008, L'élection a eu lieu les 9 et 16 mars en même temps les élections municipales. Six candidats se sont présentés : Maurice Lovisolo (PS), conseiller général sortant et maire sortant de La Tour d'Aigues, Marie-Ange Conté (UMP), Stéphane Fabresse (MoDem), Pierre Goubert (FN), Remy Grangeon (PCF) et Thierry Liotard (DVD).

Le 21 mars 2004 lors du premier tour il y a eu 612 votants pour 828 inscrits soit une participation de 73,91 % (64,20 % pour la canton22). Maurice Lovisolo (PS) est arrivé largement en tête avec 46,15 % des voix (43,66 % au niveau du canton, devant Marie-Ange Conté (UMP) avec 20,74 % (21,74 % pour le canton) et Remy Grangeon (PCF) avec 15,22 % (15,49 %).

Le second tour a eu lieu le 21 mars 2004. Il y a 430 votants pour 828 inscrits soit une participation de seulement 51,93 % (58,99 % pour la canton) soit 22 % d'abstention de plus qu'au premier tour. Maurice Lovisolo (PS) est largement réélu avec 65,14 % des voix (62,31 % au niveau du canton) au détriment de Marie-Ange Conté (UMP) qui obtient 34,86 % des voix (38,69 % au niveau cantonal)

Législatives
Aux Élections législatives de 2007, le premier tour a vu Jean-Claude Bouchet (UMP)arriver de peu en tête avec 31,30 % devant Jean-Louis Joseph (PS) avec 25,19 %, viennent ensuite Maurice Giro (Divers droite) avec 14,31 % et Nicole Bouisse (UDF) avec 8,40 %, aucun autre candidat ne dépassant le seuil des 5 %. Le second tour a vu arriver en tête Jean-Claude Bouchet avec 55,34 % (résultat circonscription : 55,28 %) contre 44,66 % pour Jean-Louis Joseph (résultat circonscription : 44,72 %). Abstention un peu moins forte à Ansouis avec respectivement 35,10 % et 34,38 % aux deux tours que dans la circonscription (37,93 % et 38,68 %).

Élections nationales
À l’Élection présidentielle de 2007, le premier tour a vu se démarquer nettement en tête Nicolas Sarkozy (UMP) avec 34,45 %, suivi par Ségolène Royal (PS) avec 21,76 %, François Bayrou (UDF) avec 17,43 %, Jean-Marie Le Pen (FN) avec 11,72 % et Olivier Besancenot avec 3,63 %, aucun autre candidat ne dépassant le seuil des 3 %. Le second tour a vu arriver nettement en tête Nicolas Sarkozy avec 61,35 % (résultat national : 53,06 %) contre 38,65 % pour Ségolène Royal (résultat national : 46,94 %) avec un taux de participation aux deux tours de 88,16 % et 87,56 % (contre 83,77 % et 83,97 % au niveau national).

Référendum
Au référendum sur la constitution européenne (scrutin du 29 mai 2005), sur 771 inscrits, 609 ont voté, ce qui représente une participation de 78,99 % du total, soit une abstention de 21,01 %. Il y a eu une forte victoire du non avec 358 voix (59,67 %), 242 voix (40,33 %) s'étant prononcées pour et 9 (1,48 %) étant des votes blancs ou nuls. le taux de participation à Ansouis est nettement plus fort, avec 78,99 % qu'au niveau national : 69,37 %.

Européennes
À l’Élection européenne de 2009, Françoise Grossetête (UMP) est arrivée en tête avec 30,62 %, suivie par Michele Rivasi (Europe Écologie) avec 27,51 %, Vincent Peillon (PS) avec 9,33 %, Jean-Marie Le Pen (FN) avec 7,66 %, Patrick Louis (Divers droite) avec 5,22 % et Marie-Christine Vergiat (Front de gauche) 5,22 % ; aucun autre candidat ne dépassant le seuil des 5 %. Le taux de participation a été de 51,06 %30 contre 39,64 % pour la circonscription Sud-Est (5e circonscription).

Élections européennes
Au référendum européen sur le traité de Maastricht (scrutin du 20 septembre 1992), sur 610 inscrits, 464 ont voté, ce qui représente une participation de 76,07 % (contre 69,70 % au niveau national), soit une abstention de 23,93 %. Il y a eu une victoire du non avec 271 voix (59,82 %) contre 182 voix (40,18 %) qui se sont prononcées pour le oui, 11 votes (2,37 %) étant blancs ou nuls.

Aire de stationnement :
Services
eau propre
vidange cassette
vidange eau usée
220V
borne : Euro Relais
nuit
parking payant, 9,6€/24h, 58 places
sol instable en cas de pluie
service payant, carte d'accès
wifi
ouverture annuelle
Coordonnées GPS
Latitude Nord : 44.12419 ou 44° 7' 27,084''
Longitude Est : 5.17341 ou 5° 10' 24,276''
Adresse Aire-Service
Aire privée
Route de la Piscine
84410 Bédoin, France
Adresse Mairie
Avenue Barral des Beaux
84410 Bédoin, France
Tél : 04 90 12 81 49

Contact annonceur

LCCC

Gestion de l'annonce

Statistiques de l'annonce

Nombre de vues : 518
Dernière visite le : 17/10 à 06:05
Référence : 516
Envoyer à un ami :   
 
En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de Cookies.

OK