Chercher, comparer, trouver, votre futur camping-car, vos pièces et accessoires neufs et d'occasions au meilleur prix sur toute la France !!
Vous êtes un particulier ?
Déposez une annonce gratuitement
Vous êtes un professionnel ?
Découvrez nos offres

Annonce déposée par

Découverte de Dunckerque

Informations générales

Détail de l'annonce

Dunkerque est une commune française, sous-préfecture du département du Nord. Avec 89 160 habitants en 2014, la ville est la cinquième plus peuplée de la région Hauts-de-France, la seconde hors de la métropole lilloise après Amiens. Ses habitants sont appelés les Dunkerquois et les Dunkerquoises. La « cité de Jean Bart » est au centre de la communauté urbaine de Dunkerque Grand Littoral qui regroupe 17 communes et compte 198 814 habitants en 20131. Elle est également au cœur de la 40e aire urbaine de France avec 257 259 habitants en 20132, répartis dans 56 communes dont 4 du Pas-de-Calais.

L'histoire de Dunkerque est liée à la mer du Nord. Fondée il y a plus d'un millénaire, la ville était, à l'origine, un village de pêcheurs construit à l'extrémité ouest d'un banc de sable. La construction d'une chapelle afin d'évangéliser la zone donna son nom à la ville, composé des mots néerlandais duin (« dune ») et kerk (« église »). Dès lors, la ville se développa autour de son port. De par sa position sur la mer du Nord, Dunkerque suscita de nombreuses convoitises. Au cours de l'histoire, la ville a appartenu, périodiquement, au comté de Flandre, au Royaume d'Espagne, au Royaume d'Angleterre et au Royaume de France. Le 25 juin 1658, la ville changea trois fois de nationalité. Devenue définitivement française le 27 octobre 1662, la ville devint une place forte redoutée à la suite des travaux de Vauban. À cette époque, la ville abrita des corsaires dont le célèbre Jean Bart, héros entre autres de la bataille du Texel. Durant la Révolution, à la suite de l'abolition des cultes, la ville s'appela Dune libre. Durant la Première Guerre mondiale, demeurée aux mains des Alliés par suite de la défense franco-belge lors de la bataille de l'Yser, elle fut sévèrement bombardée par les Allemands conscient du rôle primordial du port. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, elle fut le théâtre de l'opération Dynamo et du siège de Dunkerque.

Le grand port maritime de Dunkerque, troisième de France en termes de trafic, représente le premier secteur d'emplois de la ville devant la grande distribution. Il comporte des installations industrielles de sociétés telles qu'Arcelor Mittal, Air liquide, Europipe ou des installations pétrochimiques. Le port est également la première plateforme énergétique des Hauts-de-France via la centrale nucléaire de Gravelines, la centrale DK et le terminal méthanier.

Le carnaval de Dunkerque est l'événement le plus connu de la ville ; ces festivités s'étalent sur une période comprise entre janvier et mars, où les habitants se réunissent dans les rues de l'agglomération aux rythmes de la fanfare, qu'on appelle communément la « bande » ou « clique », guidée par le « tambour-major ».

En savoir un peu plus ...
L'origine
L'histoire de Dunkerque commence il y a plus d'un millénaire lorsque des pêcheurs décident de s'installer sur des bancs de sable. La future ville est alors un bourg sans nom. Quelques décennies avant l'an 1000, on installe une église afin d'évangéliser le hameau de pêcheurs, dès lors le hameau est appelé Duinkerk (« L'église des dunes » en flamand occidental) qui devient Dunkerque en français au fil des siècles. En 960, Baudoin III construit une première muraille autour du hameau devenu une « bourgade » car la ville connaît les premières invasions de son histoire. Au cours du xiie siècle, la ville obtient le statut de « ville nouvelle ».

De 1297 à 1789
Le 20 août 1297, Dunkerque devient française pour la première fois de son histoire. Cinq ans plus tard, elle redevient flamande. À cette époque, la ville dispose déjà d'un « corps échevinal » (l'ancêtre du conseil municipal), composé d'un mayeur et de neuf échevins.

Le 13 juillet 1338 éclate la guerre de Cent Ans, le comte de Flandre Louis de Nevers reste fidèle au trône de France, et décrète donc l'arrêt du commerce avec l'Angleterre. Les villes flamandes, y compris Dunkerque, vivant du commerce avec les Anglais, se soulèvent alors contre le comte de Flandre. La Flandre ralliée à l'Angleterre, les bateaux accostent à Dunkerque, le port prend l'importance jour après jour.

En 1395, Robert de Bar autorise la construction d'une nouvelle muraille autour de Dunkerque. La seule trace qui nous reste aujourd'hui est le Leughenaer. Au milieu du xve siècle, les Dunkerquois construisent un amer, c'est la naissance de l'actuel Beffroi. Dix ans après, l'église Saint-Éloi l'utilise comme clochera 4. La ville de Dunkerque est, à cette époque, entièrement tournée vers la mer et le commerce. La ville hérite les traditions festives des gens de la mer et des Flamands, c'est d'ailleurs à cette époque que nait l'ancêtre du carnaval de Dunkerque.

En 1520, Charles Quint est reçu triomphalement dans la ville en tant que trente-et-unième comte de Flandre. Dunkerque est impliquée dans la guerre que le Habsbourg mène contre le roi de France, François Ier. En représailles, les pêcheurs dunkerquois sont attaqués par les corsaires français. Le magistrat de Dunkerque prend la décision d'armer des bateaux en course afin de protéger ses bateaux de pêche .

Dunkerque connut également des chambres de rhétorique, abolies en mai 1584 par le duc de Parme ; de celles-ci, celle des Carsonniers fut reconstituée plus tard et donna naissance à, du moins, un illustre représentant : Michel de Swaen.

Le 25 mai 1658, le maréchal Turenne fait le siège de la ville. Dix-neuf jours plus tard, le 14 juin 1658, une coalition franco-anglaise menée par Turenne et Lockhart attaque la ville, c'est la bataille des Dunesa . Le 25 juin 1658 est une date symbolique de l'histoire de la ville, soumise à de multiples convoitises. Au cours de la « folle journée », la ville est espagnole le matin, française au cours de la journée et enfin anglaise le soir.

Le 27 octobre 1662, Dunkerque, rachetée par Louis XIV au roi d'Angleterre, devient définitivement française. Le 28 novembre 1662 marque l'arrivée de dix troupes de cavalerie venues prendre officiellement possession de la ville. Le 2 décembre, le Roi Soleil fait une entrée triomphale dans Dunkerque. Vauban entreprend alors de fortifier la ville et développe son port, qui devient le plus grand port de guerre du royaume.

Dès 1670, Louis XIV encourage la course à Dunkerque. C'est à cette époque que Dunkerque va connaître le plus célèbre de ses corsaires : Jean Bart. Le 29 juin 1694, celui-ci sauve la France de la famine lors de la bataille du Texela .

En 1700 apparaît à Dunkerque la chambre de commerce qui fait prospérer les commerçants, la ville est alors une puissante place commerciale. Grâce aux fortifications de Vauban et à ses corsaires, la ville est imprenable par la mer.

Au xviiie siècle, le port de Dunkerque est une des plaques tournantes de la fraude avec les Anglais (smogglage), associé à Boulogne-sur-Mer. Les contrebandiers viennent alors, par centaines, chercher des alcools et des produits de luxe. Le smogglage perdure jusqu'à la Révolution française, pour être ensuite mis en veille avec la guerre maritime contre l'Angleterre.

À la fin de la guerre de Sept Ans, la ville et son port furent le lieu de garnison d'une unité de soldats de marine, l'éphémère Régiment des Étrangers de Dunkerque.

De la Révolution française à 1914

Les fortifications de Dunkerque subsistent jusqu'au début du xxe siècle.
On voit ici la Porte de Rosendaël, franchie par le tramway de Dunkerque peu avant la Première Guerre mondiale

La Place de la République, à la même époque
Au cours de l'hiver 1788-1789, l'hiver est rude, les bateaux ne peuvent débarquer dans le port, la ville est alors affamée et la révolte monte. La ville se prépare à la guerre après la déclaration de guerre de l'Autriche. Le 23 août 1793, Frederick, duc d'York et Albany assiège la ville. Le 8 septembre, le général Jean Nicolas Houchard arrive à Dunkerque et libère la ville après la victoire lors de la bataille d'Hondschoote, Dunkerque reste française

Le 4 frimaire de l'an II (soit le 24 novembre 1793), Dunkerque adopte l'abolition de tous les cultes, Dunkerque signifiant « église des dunes » est renommée Dune librea .

En 1838, on construit le phare à l'entrée ouest du port, et des bateaux-feux balisent les bancs de sablea .

Au cours du xixe siècle, plusieurs personnages marquent l'histoire de la ville : Jean-Baptiste Trystrama contribue à l'essor du port qui est tant un port de marchandise qu'un port de pêche, à la morue notamment, Gaspard Malo achète des terrains à l'est de Dunkerque, il y construit une station balnéaire qui deviendra Malo-les-Bains. Cette station balnéaire, aujourd'hui englobée dans l'agglomération, permet l'essor commercial de Dunkerque.

La voie ferrée arrive à Dunkerque en 1838, ce qui contribue très fortement au développement du port de Dunkerque, ainsi qu'à celle de la ville et de ses voisines, qui forment rapidement une agglomération.

Dans le cadre du Plan Freycinet, on construit à Dunkerque des darses. Quelques années avant 1900, on fait construire l'hôtel de ville actuel, sur son fronton figure Louis XIV entouré des Dunkerquois célèbresa.

La ville se dote en 1896 d'un réseau de tramway, dont la dernière ligne fermera en 1952.

Les deux Guerres mondiales

L'opération Dynamo

Dunkerque en feu
Le 1er août 1914 à 18h00, les cloches du beffroi sonnent le tocsin, la France vient de décréter la mobilisation générale face à la déclaration de guerre du Kaiser Guillaume II à la Russie, alliée de la République. Le 2 août 1914, Dunkerque est déclarée en état de siège à la suite de l'invasion de la Belgique par l'Allemagne. Le général Bidon, commanda. Grâce à la victoire alliée lors de la bataille de l'Yser, la ville reste française. Les Allemands ne réussissant pas à prendre la ville, Dunkerque est bombardée plusieurs fois par des zeppelins. La ville joue son rôle à l'arrière du front : son port sert de poste de ravitaillement, les chantiers navals lancent des cargosa , les établissements encore debout accueillent les blessés. La ville reçoit plusieurs distinctions à la fin de la guerre pour le comportement de ses habitants au cours de la Grande guerre.

En mai 1940, les forces franco-britanniques, prises en étau, sont obligées de battre en retraite vers Dunkerque. Commence alors la bataille de Dunkerque, les Alliés tentent de tenir la « poche de Dunkerque » le temps nécessaire à l'évacuation des forces par la mer au cours de l'opération Dynamo. Cette évacuation permet de soustraire 300 000 soldats aux mains nazies. La ville fut bombardée par l'aviation allemande pendant cette bataille.

Quelques années plus tard, elle sera à nouveau bombardée, cette fois par la Royal Air Force, lors de la libération. La garnison allemande, commandée par l'amiral Frisius, a transformé la ville en « place forte ». Malgré le siège de la ville par le général Liska, les unités allemandes ne capitulent que le 9 mai 1945, le lendemain de la Victoire.

De la reconstruction à nos jours
Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la ville est détruite à plus de 70 %. Le port est totalement détruit, les habitants restants habitent dans des chalets. Théodore Leveau et Jean Niermans entreprennent la reconstruction de la ville.

En 1957, l'installation dans le port reconstruit de l'usine Usinor accélère la reconstruction de la ville. À la suite de son ouverture en 1963, l'agglomération passe très rapidement de 70 000 à 200 000 habitants.

Le 21 octobre 1968, la création de la communauté urbaine de Dunkerque (CUD) combinée à celle du Port autonome de Dunkerque le 1er avril 1966, permet à l'agglomération et particulièrement à Dunkerque d'acquérir un poids économique important.

En 1970, la commune fusionne avec la station balnéaire de Malo-les-Bains, afin de profiter de l'attrait économique de celle-ci. De son côté, la station balnéaire souhaite profiter des infrastructures (transport en commun, gestion des déchets…) de la ville voisine. Dunkerque fera de même en 1972 avec Petite-Synthe et Rosendaël. En 1980, la ville s'associe avec Mardyck afin d'agrandir son port. Elle perd la même année le quartier petit-synthois de l'Albeck qui intègre la ville de Grande-Synthe à la suite d'un référendum local.

En 1989, à la suite de la fermeture des chantiers navals, la ville et la CUD décident de retourner la ville sur son port et d'urbaniser les friches industrielles : c'est le projet Neptune.

La première phase de ce projet consiste en la rénovation des places de la ville et des axes de communications, en l'installation de l'université du Littoral et en l'augmentation de l'offre commerciale par la construction de complexes commerciaux (notamment le Pôle marine et le Centre Marine).

En 2003, un projet de fusion avec Saint-Pol-sur-Mer est discuté entre les administrations des deux villes. Le 19 décembre 2003, les conseils municipaux de Dunkerque et de Saint-Pol-sur-Mer ont délibéré en faveur d'une fusion-association qui créerait une nouvelle entité de 94 187 habitants. Le préfet a exigé un référendum auprès de la population, bien que cette procédure ne soit pas encore obligatoire (elle l'est devenue depuis le 1er janvier 2005). La consultation a eu lieu le 5 décembre 2004, cette fois dans trois communes, Dunkerque, Saint-Pol-sur-Mer et Fort-Mardyck. Bien que le oui ait recueilli 54 % des suffrages exprimés, il n'a pas obtenu 25 % des inscrits comme la loi le demande, et le préfet a donc refusé la fusion.

Commencée en 2005, la seconde phase se concentre sur la friche des chantiers navals. Elle consiste en son urbanisation afin de créer le quartier du « Grand Large ». On y construit des logements (1000 logements à terme), une patinoire, une maison de quartiers, un gymnase et le Fonds régional d'art contemporain. 235 logements sont construits en janvier 2011. Le projet a reçu une mention spéciale des équerres d'argent - prix d'architecture du Moniteur 2010.

Le projet Cœur d'Agglo vise lui à créer 30 000 m2 de surface commerciale et 1 500 logements. Ce projet a pour but de densifier l'offre commerciale et de logements du centre ville. Le tout doit être fini pour 2020-25.

Le 9 octobre 2008, le Grand port maritime remplace l'ancien port autonome. Par ses statuts définis par la loi, l'établissement public est doté de meilleures capacités de développement économique et la concertation avec la Communauté urbaine et la commune s'en trouve facilitée.

En 2010, à la suite de la décision du Conseil d'État d'annuler l'arrêté du préfet, le projet de fusion est de nouveau à l'ordre du jour. Le 7 décembre 2010, le préfet ayant autorisé les conseils municipaux à de nouveau statuer sur le sort du projet, les 3 conseils municipaux votent une nouvelle fois en faveur de la fusion-association. Le lendemain, le préfet ayant pris acte de la volonté des conseils municipaux, il accepte la fusion qui prend effet le 9 décembre 20104

Aire de stationnement :
Description:
derrière la dune-regular police cocher toilettes, de décharge et de l'eau au Camping Licorne 200 mètre-durant la saison estivale, nombreux endroits malheureusement occupé par long campeurs-Centre 500 m

Informations générales
Emplacement spécial pour motorhome | Capacité d'accueil max.: 30 | Longueur max. du camping-car: Geen limiet | Durée de séjour max.: Onbeperkt | Ouvert du: 1/1 - 31/12

Renseignements sur les prix
Camping-car (2 personnes taxes incl.): Gratuit

Contact:
Rue de la Licorne, 59240 Dunkerque Malo les Bains, France
Site Web

GPS:
N 51.05298, E 2.41425
N 51°03'11", E 2°24'51"

Contact annonceur

LCCC

Gestion de l'annonce

Statistiques de l'annonce

Nombre de vues : 202
Dernière visite le : 14/08 à 04:57
Référence : 445
Envoyer à un ami :   
 
En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de Cookies.

OK