Chercher, comparer, trouver, votre futur camping-car, vos pièces et accessoires neufs et d'occasions au meilleur prix sur toute la France !!
Vous êtes un particulier ?
Déposez une annonce gratuitement
Vous êtes un professionnel ?
Découvrez nos offres

Annonce déposée par

Découverte de Vesoul

Informations générales

Détail de l'annonce

Vesoul est une commune du Grand Est de la France, préfecture du département de la Haute-Saône en région Bourgogne-Franche-Comté et chef-lieu de cantons et d'arrondissement. La ville est aussi le siège de la communauté d'agglomération de Vesoul et du pays de Vesoul et du Val de Saône. Elle fait partie de la région culturelle et historique de Franche-Comté. Située au nord de la Métropole Rhin-Rhône, Vesoul compte, en 2013, 15 473 habitants intra-muros et l'Aire urbaine de Vesoul totalise 59 511 habitants. Ses habitants sont appelés Vésuliens.

Établie sur la colline de la Motte, la cité s'est développée peu avant le Ier millénaire, sous le nom de Castrum Vesulium, au centre de plusieurs anciens camps romains. Siège d'une vicomté puis capitale du bailliage d'Amont, la ville devient rapidement, au fil des siècles, un bourg fortifié, une place commerciale, un centre judiciaire, une cité religieuse et va jusqu'à acquérir des fonctions administratives et politiques, plaçant son importance au niveau national.

Classée « Cité Patrimoine », la ville possède un quartier historique doté d'une architecture distinctive, représentée par des monuments médiévaux, modernes et contemporains. Pourvue d'un riche patrimoine naturel, Vesoul bénéficie de sites protégés d'intérêt, en associant plaines, collines et plans d'eaux, conférés par des situations géologiques et topographiques notables et un microclimat. La ville compte une inspection académique, des établissements culturels ainsi que plusieurs instituts d'enseignement supérieur.

Bassin industriel important, Vesoul est le centre mondial des pièces détachés du constructeur PSA Peugeot Citroën. Disposant de chambres consulaires et de zones d'activités reconnues, la ville est l'un des principaux pôles commerciaux et industriels de la région. La ville de Vesoul a par ailleurs été immortalisée en 1968 par la chanson éponyme de Jacques Brel et son célèbre « T'as voulu voir Vesoul ! ».

En savoir un peu plus ...
Toponymie
Une première mention écrite de la ville la désigne par le terme de Castrum Vesulium (en latin, Castrum signifie « fortification » et Vesulium vient de « montagne ») en 899. Au cours des siècles, la cité connaît de multiples changements de nom dont Vesullum et Visulium, pour prendre le nom de Vesoul en 1242. Plusieurs explications ont été données sur l'origine du nom de Vesoul, l'une des plus significatives cite la racine celtique ves (montagne, élévation), remarquable également sur le nom de Mont Vésuve. Vesoul est donc un loin dérivé de « montagne » en référence à la Motte, colline où s'est établie et développée la ville.

Selon l'antiquaire Éloi Johanneau, le nom de Vesoul est composé des mots gaéliques : bez (construction), nez (tombeau) et houl (soleil), soit littéralement « tombeau du soleil ».

D'après une autre explication, Vesoul viendrait du mot tudesque besul, qui signifie pointu, en référence à la forme conique de la colline de la Motte.

Préhistoire
Premières traces d'habitat
Certaines traces et empreintes confirment que Vesoul et son agglomération ont été occupés durant la Préhistoire. Des objets laissés par les populations certifient que des hommes ont fabriqué et utilisé des outils dans la région vésulienne, pendant les différents l'âges préhistoriques.

Des objets préhistoriques, principalement des outils, ont été retrouvés sur les différents flancs de la colline de la Motte. Aussi, autour de Vesoul, des objets ont été découverts au camp de César et au plateau de Cita, deux sites situés au sud de la ville qui ont fourni de nombreux restes d'armes de pierres préhistoriques. Le dolmen de la Pierre-qui-Vire, un mégalithe situé à 2 kilomètres à l'est de Vesoul, est daté entre 3 500 et 3 300 av. J.-C Dans la grotte de la Baume, localisée au sud de Vesoul, un outillage lithique moustérien a été trouvé démontrant ainsi une occupation continue de tous les niveaux du Würm ancien. Dans la galerie sud de la cavité naturelle, une occupation de l'âge du bronze final III a également été démontrée.

Antiquité
La Motte, un site stratégique
Durant l'époque gallo-romaine, un petit campement s'est établi sur la colline de la Motte et une voie romaine passe sur ce site. Des archéologues ont découvert sur cette butte, des dizaines d'objets datant de l'Antiquité, dont des monnaies et des médailles à l'effigie des premiers empereurs romains. Certaines zones de l'agglomération de Vesoul telles que le camp de César, le plateau de Cita et le plateau de Frotey étaient également occupées durant cette période de l'histoire. Le territoire de l'actuelle ville de Vesoul appartenait au peuple gaulois des Séquanes, qui avaient en leurs possessions un secteur compris entre le Rhône, la Saône, le Jura et les Vosges.


Reproduction du Castrum Vesulium.
Lorsque les Romains ont colonisé la Séquanie, ils ont été marqués par les avantages défensifs que donnait la colline de la Motte et y construisent un fortin militaire. À cette époque, le territoire de Vesoul appartient au pagus Colerensis, qui avait pour chef-lieu Corre et qui s'étendait de la Vôge jusqu'aux portes de Besançon. À la fin de la domination romaine, le chef-lieu du pagus est transféré à Port-Abucin et se renomma alors pagus Portuensis, puis prit le nom, plus tard, de comté de Port.

Moyen Âge
Fondation du Castrum Vesulium
En 899, le premier document historique évoquant l'actuelle ville de Vesoul est attesté. À cette époque, c'est un important lieu fortifié nommé Castrum Vesulium (château de Vesoul), établi sur la Motte. Ce château fut érigé par les comtes de Portois, qui ont délaissé Port-sur-Saône afin de fuir à la menace des guerres féodales. Vesoul est ainsi devenu l'un des principaux bourgs du comté de Port, comté qui est devenu par la suite, avec la fusion de trois autres, le comté de Bourgogne. En 988, le château connut l'un de ses premiers sièges, effectué par le duc Henri Ier de Bourgogne et le comte Lambert de Chalon.


En 1333, Vesoul devient capitale du Bailliage d'Amont.
Siège de vicomté
Certainement reconnue comme une place importante et stratégique, Vesoul fut érigé en vicomté au début du xie siècle par le comte palatin Otte-Guillaume. En 1019, le premier vicomte de Vesoul est mentionné : il s'agit de Gislebert Ier, seigneur de Faucogney. À la mort de Rodolphe III, en 1032, Henri II du Saint-Empire hérite de ses biens bourguignons et c'est ainsi que, Vesoul, comme tout le comté de Bourgogne, est rattaché au Saint-Empire romain germanique. En 1092, le vicomte de Vesoul Gislebert II fonde le prieuré du Marteroy, monastère qui deviendra, quelques siècles plus tard, l'un des plus considérables du comté de Bourgogne grâce aux multiples donations de bourgeois. Le premier maire de l'histoire de Vesoul est élu en 1140. En 1183, la comtesse Béatrix reconnut, par acte, tenir le château de Vesoul comme fief de l'Église de Besançon.

À la fin du xiiie siècle, la famille noble qui fut subvenu au prévôt prit le nom de famille de Vesoul. Au xive siècle, la cité vésulienne apparaît comme une place commerciale importante, fréquentée par de nombreux commerçants juifs et notamment les Héliot, riche famille de banquiers qui a des clients en France et dans de nombreux autres territoires en Europe. En 1333, le bailliage d'Amont, le plus vaste des bailliages de Franche-Comté, est institué par Philippe VI de France ; Vesoul en devient la capitale, confirmant ainsi son statut de ville à vocation administrative. La vicomté de Vesoul disparaîtra au xive siècle, étant donné que la maison de Faucogney n'eut pas de descendant mâle ; le dernier vicomte de Vesoul était Henry de Faucogney, en 1347.

Les hostilités de la guerre de Cent Ans
En 1348, la peste noire se répandit sur l'ensemble du comté et l'épidémie tua de nombreuses personnes à Vesoul. Des accusations d'empoisonnement des puits contre les Juifs sont déclarées dans la cité et par la suite, quatre-vingt Juifs de Vesoul furent torturés. En 1360, des Écorcheurs décimèrent la quasi-totalité de la population et en 1369, une troupe d'Allemands détruisit la cité : en l'espace d'une dizaine d'années, le bourg a subi de lourds dégâts et perdit une bonne partie de sa population mais le château Castrum Vesulium est toujours debout. À la suite de ces événements, les ducs de Bourgogne aidèrent à la reconstruction de la cité et à l'élaboration de fortifications militaires. Le prince Philippe le Bon créé à Vesoul, en 1430, un corps d'échevinage composé de quatre échevins. En 1442, Jean Sardon, lieutenant général du bailliage d'Amont, fonde sur ses terrains l'hôpital de Vesou. En 1479, le Castrum Vesulium est lourdement assiégé par les troupes de Charles Ier d'Amboise, général de Louis XI.

Temps modernes
Vesoul en 1615 - Dessin d'Étienne Martellange.
À la Renaissance, plus précisément en 1493, la Franche-Comté appartient à l'Empire germanique des Habsbourg d'EspagneG 8. En 1525, l'archiduchesse d'Autriche ordonne à son procureur de mettre Vesoul sous les armes pour repousser l'apparition du protestantisme à Vesoul. Par lettres patentes du 16 avril 1540, l'empereur Charles Quint érigea la ville de Vesoul en mairie et la fit bénéficier de tous les rangs de la justice. En 1557, la population de la cité est d'environ 1 700 habitants. En 1586, la peste apparaît dans le bourg et décima une part importante de la population vésulienne.

La destruction de la forteresse et la conquête française
Le 17 janvier 1595, Henri IV de France déclare la guerre à l'Espagne et envahit la Franche-Comté. En février de la même année, il attaque plusieurs cités franc-comtoises. Certaines parviennent à résister mais Vesoul est assiégé et considérablement dévasté par une armée de 5 000 à 6 000 hommes : le château Castrum Vesulium, qui surplombait la cité depuis plusieurs siècles, est totalement détruit. Les épidémies et les sièges dévastant Vesoul se sont révélés tragiques puisqu'en l'espace de dix ans, la population de la ville a diminué considérablement.

À la suite d'un pacte de neutralité conclu entre la province de Franche-Comté et le royaume de France en 1611, un temps de paix s'installe dans la ville. Au début du xviie siècle, de nombreux religieux s'installent à Vesoul et c'est ainsi que quatre couvents sont édifiés, entre 1608 et 1615. Dans un mémoire de 1613, la cité est qualifiée de « petite bourgade dénuée de forteresse » et compte, en 1614, 1 948 habitants. De 1635 à 1644, se déroule la guerre de Dix Ans, épisode comtois de la guerre de Trente Ans, qui oppose la France aux Habsbourg d'Espagne. Cet événement provoqua dans la cité, la peste, la famine mais surtout une grande misère. Très affaiblit, la ville est facilement conquise, le 11 mars 1674, par le duc de Navailles, général de Louis XIV. Le traité de Nimègue, signé le 10 août 1678, rattache la ville de Vesoul de même que toute la Franche-Comté, au royaume de France. L'incorporation de la Franche-Comté à la France sous le pouvoir de Louis XIV a permis de mettre fin à de nombreuses guerres et pillages. À la suite de l'annexion, la cité garda tout de même son administration municipale et son rôle de capitale du bailliage d'Amont. En 1688, la population de la ville s'élève à environ 2 100 habitants. Louis XIV dota la ville d'une maîtrise particulière des eaux et des forêts (1692) et d'un présidial (1696).


Vesoul au xviie siècle.
Une période de paix et de développement
Le xviiie siècle offre une ère de prospérité à la ville ainsi qu'à tout le département, tant sur le plan démographique qu'économique. Avec une population doublée en l'espace d'une soixantaine d'années (de 2 225 habitants en 1716, à 4 870 habitants en 1784)42, Vesoul connait l'une des plus importantes croissances de son histoire. Durant le cours du xviiie siècle, la ville suscitera l'attention de quelques médecins et auteurs grâce à l'émergence des eaux minérales des Rêpes, situées proche de l'actuel quartier des RêpesL . L'édification, pendant ce siècle, d'hôtels particuliers et de bâtiments publics dans la cité attestent d'une certaine prospérité. La construction du palais de justice (1765-1771) et la venue de plusieurs dizaines de magistrats et d'avocats réputés permit à Vesoul de se forger une importante renommée en matière judiciaire. Au xviiie siècle, Vesoul est avant tout un centre agricole qui associe le commerce des grains, des bois et des animaux, grâce notamment à l'organisation des multiples marchés et foires.

Époque contemporaine

Vesoul en 1881 - Gravure de Charles Barbant à partir d'un dessin de Hubert Clerget.
Vesoul, ville administrative et commerciale
À la suite de la suppression des bailliages de Franche-Comté en 1790, la ville perd son titre de capitale du bailliage d'Amont qu'elle avait acquis au cours du xve siècle. En 1791, la ville devient siège de la circonscription ecclésiastique du diocèse de Vesoul. Peu après la Révolution, en 1793, Vesoul se caractérise tel un bourg de taille modeste avec une population de 5 303 habitants15. Au début du xixe siècle, la principale activité de la commune est la viticulture ; Vesoul est pourvu d'une centaine d'hectares de vigne et est l'un des plus importants centres viticoles de la région.

Le 12 mars 1800, la ville de Vesoul devient préfecture de la Haute-Saône, notamment grâce à sa position géographique centrale dans le département. Sous le Premier Empire, Vesoul reçoit le statut de « Bonne ville ». Du 27 janvier au 6 juin 1814, Vesoul fut "capitale d'État", un État tampon institué à la chute du Premier Empire, entre la France et l'Allemagne, composé de l'ancienne province de Franche-Comté (Haute-Saône, Doubs, Jura), du département des Vosges, des principautés de Montbéliard et de Porrentruy. En 1857, la chapelle Notre-Dame-de-la-Motte, monument emblématique de la ville, est érigée au sommet de la Motte. En 1858, la gare est inaugurée sur la ligne de chemin de fer Paris – Bâle, plaçant ainsi la ville au centre d'un important réseau ferroviaire.

Sous la Troisième République, Vesoul voit sa population accroître considérablement (augmentation d'environ 50 %, en passant de 7 716 habitants en 1872 à 11 926 en 1936). À cette époque, Vesoul est le siège de diverses institutions telles que le consistoire israélite de l'Est, dès 1872. À la fin du xixe siècle, le vignoble de la ville est anéanti par le phylloxéra et les vignerons se dirigent vers les nouvelles industries et les cultures maraîchères. En 1887, le 11e régiment de chasseurs à cheval est installé dans une caserne de Vesoul et y restera près d'une cinquantaine d'années et marqua la ville tant économiquement que démographiquement. Au cours de la Première Guerre mondiale, la ville de Vesoul contribua aux opérations militaires mais ne fut pas attaquées.


Vesoul en 1918.
Lors de la Seconde Guerre mondiale, la Wehrmacht prend Vesoul le 16 juin 1940. La ville, ainsi qu'une considérable partie de la Franche-Comté, se retrouve en zone réservée ; la ligne de démarcation n'est localisée qu'à 75 kilomètres au sud de Vesoul, à la frontière des départements du Jura et du Doubs. Pendant les premières années de la guerre, la résistance à Vesoul s'organise individuellement ; en 1943, elle commença à se former autour d'Yves Barbier, qui sera rapidement considéré comme le chef de la résistance en Haute-Saône. Vesoul est notamment connue durant la guerre pour abriter le Frontstalag le camp de prisonniers de l'Armée allemande pour les indigènes coloniaux de l'armée française. La ville de Vesoul est libérée le 12 septembre 1944 par la 3e division d'infanterie.

L'expansion économique et démographique
Après la guerre, la ville de Vesoul, comme la France entière, connait une prompte croissance ; l'essor démographique de la commune est particulièrement important. En effet, la ville passe de 11 825 habitants en 1946, à 18 173 habitants en 1975, soit une augmentation de plus de 50 %, en l'espace d'une trentaine d'années15. C'est en 1955 que la société Udime (Union des industries métallurgique de l'Est), une filiale de Peugeot, investit dans les bâtisses de l'ancienne usine Dollé, une des plus grandes manufactures françaises de machines agricoles, active de 1908 à 195356. Après la venue d'Udime, de nombreuses autres sociétés s'installèrent et construisirent leurs ateliers sur le site de l'ancienne usine Dollé comme Indenor en 1959, puis Peugeot SA en 1965. C'est ainsi que, dès 1965, plus de 250 000 m² d'ateliers s'élevèrent sur le site et l'usine PSAC 1. Le rachat de Citroën par Peugeot quelques années plus tard accentua le développement de l'usine.

Afin de répondre aux besoins en logements du fort développement démographique, la ville fait construire deux grands quartiers au nord de la Motte, constitués de centaines de logements et destinés à accueillir plusieurs milliers de personnes : Les Rêpes (1957 - 1961) et le Montmarin (1967 - 1973). Dès 1976, le lac de Vesoul - Vaivre est aménagé sur plus de 90 hectares ; site qui est actuellement le centre d'une vaste zone de loisirs. Durant les trois dernières décennies du xxe siècle, des zones d'activités d'intérêts sont implantées à la périphérie de Vesoul : Espace de la Motte, Technologia et Les Haberges.

Au début du xxie siècle, la ville de Vesoul joue un rôle majeur dans la logistique automobile en Europe, en possédant l'un des plus gros sites du constructeur PSA Peugeot Citroën qui totalisait plus de 5 000 salariés en 2003 et en étant le centre mondial de pièces détachées, ce qui permet à la commune, tant économiquement que socialement, de prospérer

Aire de stationnement :
Services
eau propre. remplissage 20min
vidange cassette
vidange eau usée
220V pour 60min
borne : Euro Relais
sol stable
service payant, monnaie, 2€
ouverture annuelle
Coordonnées GPS
Latitude Nord : 47.64131 ou 47° 38' 28,716''
Longitude Est : 6.14388 ou 6° 8' 37,968''
Adresse Aire-Service
Aire payante zone commerciale
Rue de la Vaugine
70000 Vesoul, France
Adresse Mairie
Rue Paul Morel
70000 Vesoul, France
Tél : 03 84 78 64 00

Contact annonceur

LCCC

Gestion de l'annonce

Statistiques de l'annonce

Nombre de vues : 563
Dernière visite le : 15/08 à 06:52
Référence : 477
Envoyer à un ami :   
 
En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de Cookies.

OK