Chercher, comparer, trouver, votre futur camping-car, vos pièces et accessoires neufs et d'occasions au meilleur prix sur toute la France !!
Vous êtes un particulier ?
Déposez une annonce gratuitement
Vous êtes un professionnel ?
Découvrez nos offres

Annonce déposée par

Découverte de Maintenon

Informations générales

Détail de l'annonce

Maintenon est une commune française située dans le département d'Eure-et-Loir en région Centre-Val de Loire.

En savoir un peu plus ...

Maintenon au fil des temps
Vue sur les ruines de l'aqueduc de Maintenon.
On découvre pour la première fois le nom de Mestenon dans un document du xie siècle, Mextenum 1123, Meistenon 1150, Meinthenon 1257. Nom obscur.

Le statut juridique de cette terre évolua et se transforma au xe siècle en manse seigneuriale.

L'histoire du château remonte au Moyen Âge. Il fut la première forteresse des vassaux et comtes de Monfort. De nombreux seigneurs se succédèrent du xe au xiie siècle : Avesguaud (978), Germond Ier (1010), Mainier et sa femme Élisabeth (1107), Guillaume de Maintenon (1160), Amaury et sa femme Émeline (1160-1210), Hughes de Maintenon suivis par plusieurs seigneurs Amaury.

Le château à proprement parler fut construit dans un style Renaissance à partir de 1509 sous l'impulsion du propriétaire des lieux, Jean Cottereau, le trésorier surintendant des finances sous Louis XII, puis sous François Ier et Henri II. À sa mort en 1530, il le laisse en héritage ainsi que les terres environnantes à Jacques d'Angennes, seigneur de Rambouillet, son gendre. Son fils Louis d'Angennes en hérite en 1562 et devient baron de Maintenon.

Ses héritiers vendent la propriété au marquis de Villeray-d'Angennes. Le 27 décembre 1674, Françoise d’Angennes épouse Odet de Riantz, marquis de Villeroy, héritière de Charles François d'Angennes, vend son château et le titre de Maintenon pour 150 000 livres à la veuve du poète Scarron, dame Françoise d'Aubigné qui devient ainsi marquise de Maintenon.

Dès lors, le château s'agrandit et s'embellit par de grands travaux financés par le roi et devient un château quasi royal. Le parc fut dessiné par Le Nôtre. Racine y vint souvent méditer tandis que c'est à Vauban que l'on doit l'aqueduc. Celui-ci ne fut jamais terminé du fait des guerres et du paludisme et les travaux furent abandonnés en 1688. L'édifice qui devait comprendre trois rangées d'arcades superposées était destiné à amener les eaux de l'Eure depuis sa source jusqu'à Versailles.

Le domaine de Maintenon passa ensuite dans la famille de Noailles à la suite du mariage de Françoise-Amable d'Aubigné au duc d'Ayen, Adrien Maurice, fils du maréchal de Noailles. Le roi Charles X sur le chemin de l'exil coucha au château en 1830.

Maintenon fut occupé par les troupes prussiennes de 1870 à 1871. Enfin, la ville a reçu la visite du général de Gaulle et du président Georges Pompidou.

Situation administrative
Avant 1789
D’une superficie d'un hectare, Maintenon correspondait à deux paroisses et une collecte, circonscription fiscale de base de la perception de la taille. Dépendant de la ville d’Orléans pour le gouvernement et l’intendance, elle était rattachée et dépendait de Chartres au niveau de l’élection (regroupement de collectes), de la subdélégation, pour le grenier à sel, la coutume, le bailliage ainsi que pour le diocèse.

Rattachée au doyenné d’Épernon, Maintenon avait pour paroisses : Saint-Nicolas (le seigneur du lieu, Louis, duc de Noailles, pair et maréchal de France) et Saint-Pierre (pour le grand archidiacre).

Présidée par Louis Henry Houy (avocat au Parlement), la préparation des États généraux eut lieu le 1er mars. Les députés étaient Louis Richer, procureur fiscal, Louis Henry Houy, Pierre Morice, marchand et Mathurin Lavigne, vigneron. Malheureusement, le cahier de doléances est perdu.

Après la Révolution
Le canton de Maintenon fait partie du district de la ville de Chartres. En l’an IX, conformément à la transformation par l’Assemblée constituante des anciennes divisions de la France monarchique en départements, le canton de Maintenon fait partie de l’arrondissement de Chartres, dans le département d’Eure-et-Loir. Là comme ailleurs, l’état civil passe de la responsabilité du clergé à l’administration.

On assiste également, le 26 février 1792, à la vente de biens nationaux ayant appartenu au clergé, dans le cadre de la spoliation de l'Église de ses biens.

Un autre acte de vente du 22 floréal an III concernant la succession de Noailles met en lumière la situation de toute une noblesse acculée à l’époque à émigrer. La description très précise de la ferme qui est faite à cette occasion donne une très bonne idée de son importance. Par ailleurs, il a été relevé dans des extraits de délibérations du conseil municipal de l’année 1792 que la succession de Noailles est tombée au profit de la République le 26 frimaire an II, ainsi que la décision de fondre les cloches.

Nous assistons également au dépôt à la maison commune des registres de baptême, mariages et sépultures tenus jusque-là par les « deux » curés de la paroisse et à la nomination d’un officier public affecté à leur tenue.

Les manifestations de la République se multiplient : feu de joie pour fêter le succès de l’armée française, chant de la Marseillaise, décision de la destruction des vieilles armoiries et achat d’un bonnet de la liberté.

La lecture de quelques actes officiels, tel celui ayant trait à la laïcisation, permet de mieux cerner cette période de grands bouleversements.

Époque contemporaine
Le 16 juin 1940, lors de la deuxième phase de la campagne de France, des soldats allemands, appartenant probablement à la Ire division de cavalerie allemande, massacrèrent près de Maintenon une cinquantaine de tirailleurs sénégalais prisonniers, dont de nombreux blessés, appartenant au 26e régiment de tirailleurs sénégalais.

La ville est secouée par l'explosion, dans la gare, d'un train de munitions le 18 février 19443.

Un bombardement, par la Royal Air Force, de la gare et du dépôt de munitions de la ville, dans la nuit du 30 avril au 1er mai 1944, causa la mort de 16 civils et de 7 Allemands. Cet événement est rappelé par un odonyme : la rue du Premier-Mai-1944.

Aujourd'hui :
Maintenon est le chef-lieu de son canton. Cette ville appartient à l’arrondissement de la préfecture du département, Chartres, et au département d’Eure-et-Loir, en région Centre.

Dans le cadre d’une politique favorisant l’intercommunalité, elle a participé à la création d'une communauté de communes s'intitulant les Terrasses et Vallées de Maintenon qui regroupe aujourd'hui 10 communes : Bouglainval, Chartainvilliers, Houx, Maintenon, Mévoisins, Pierres, Saint-Piat, Soulaires, Villiers-le-Morhier et Yermenonville.

L’intercommunalité est déjà une réalité pour Maintenon et Pierres, qui ont mené avec succès des projets communs permettant la réalisation d’équipements socio-culturels et sportifs ainsi que de favoriser la mise en œuvre de travaux en cours d’achèvement, tels ceux de l’interconnexion des réseaux d’eau potable.

Maintenon intègre plusieurs hameaux, dont Le Parc, Maingournois et Saint-Mamert5.

Le dernier recensement datant de mars 1990 fait apparaître une population de 4 440 habitants (2 177 hommes et 2 263 femmes). Depuis 1990, la commune a gagné 279 habitants. En vingt-quatre ans, elle en a gagné 1 127.

365 habitants de 75 ans et plus représentent 8,2 % de la population, alors que 1 137 jeunes en représentent 25,6 %.

2 110 personnes sont actives, parmi lesquelles 180 cherchent du travail. 142 exercent un travail à leur compte ou aident un conjoint. 1 547 personnes vont travailler au dehors. Celles qui exercent dans la commune sont donc une petite minorité. 29,9 % travaillent dans le département, 50,4 % hors du département

Aire de stationnement :
Les IIôts de Saint-Val
28130 Villiers-le-Morhier
Pour d'avantages de renseignements :
Téléphone : 02 37 82 71 30
Fax : 02 37 82 77 67

Contact annonceur

LCCC

Gestion de l'annonce

Statistiques de l'annonce

Nombre de vues : 562
Dernière visite le : 12/08 à 15:24
Référence : 376
Envoyer à un ami :   
 
En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de Cookies.

OK