Site d'annonces de mise en relation vendeur, acheteur, loueur de camping-car. Ventes d'accessoires, pièces détachées neuves et occasion sur toute la France !!
Vous êtes un particulier ?
Déposez une annonce gratuitement
Vous êtes un professionnel ?
Découvrez nos offres

Annonce déposée par

Découverte de Chartres

Informations générales

Détail de l'annonce

Chartres est une commune française, préfecture du département d'Eure-et-Loir, dans la région Centre-Val de Loire. La ville se situe à quatre-vingt-dix kilomètres de Paris. Elle est surnommée « Capitale de la lumière et du parfum ».

Au dernier recensement de 2012, la commune comptait 38 889 habitants. La communauté d'agglomération de Chartres compte environ 121 683 habitants et l'aire urbaine de Chartres compte quant à elle 144 057 habitants ce qui en fait la 61e de France. Il s'agit de la première ville du département d'Eure-et-Loir et la sixième de la région Centre derrière Tours, la capitale régionale Orléans, Bourges, Blois et Châteauroux.

Le dimanche des Rameaux, Chartres est traditionnellement un lieu de pèlerinage, ainsi qu'à la Pentecôte.

Un peu d'histoire ...
Préhistoire
L'origine de l'implantation humaine remonterait, selon les résultats de fouilles archéologiques, à la préhistoire. Une présence humaine serait avérée dès le néolithique tandis qu'une implantation humaine permanente aurait eu lieu vers la fin de l'âge du fer.

Antiquité
L’actuel département d'Eure-et-Loir correspond à la partie centrale du territoire des Carnutes dont Chartres était l'un des oppidum, connu sous le nom d’Autricum. À l'époque gallo-romaine, Chartres-Autricum est une grande cité. Elle est alimentée en eau par deux aqueducs, on y trouve également un important amphithéâtre, au moins un forum, ainsi que des temples. Évangélisé, selon les légendes du Moyen Âge central, au milieu du iiie siècle, par saint Altin et saint Eodald, la cité aurait même été avertie du message chrétien dès le ier siècle, par les druides, qui auraient instauré le culte maria. Chartres-Autricum est, à la chute de l’Empire romain, l’un des évêchés les plus vastes des Gaules. Ce n'est toutefois qu'à partir des ve et vie siècles que l'on voit réellement l'évêché fonctionner et que l'historicité des évêques peut être établie.

Moyen Âge

Fulbert de Chartres.
Miniature extraite de l'Obituaire de Notre-Dame de Chartres.
Article détaillé : Liste des comtes et ducs de Chartres.
On connaît mal l’évolution urbaine de Chartres entre le iiie et le xe siècle : la cité antique semble s’être effacée au profit de petits villages autonomes. Les premières installations de bâtiments chrétiens, attestés par quelques textes, laissent supposer, qu’à la fin du vie siècle, il y avait de nombreux établissements religieux à Chartres, alors dirigés par l’évêque. En 743, la ville est prise par Hunald duc d'Aquitaine et brûlée.

Au ixe siècle, les Normands ravagent les terres environnantes à plusieurs reprises et, en juin 858, détruisent la ville et probablement la cathédrale. Celle-ci est reconstruite, tandis que les Chartrains érigent les premiers remparts. En 876, un don de Charles II le Chauve, le Voile de la Vierge, est à l’origine d’un important pèlerinage qui fait ensuite la richesse de la ville et la puissance des institutions religieuses locales. Le 16 février 886, les Danois de Sigfried attaquent sans succès Chartres et perdent 1 500 hommes.

Lors d’une autre attaque, en 911, le chef normand Rollon se heurte à la résistance qu’organise l’évêque Gantelme. À l’approche des renforts, l’évêque n’hésite pas à faire diversion. D’après un récit du xiie siècle, il fait fuir l’ennemi en brandissant la chemise de Marie, le Voile de la Vierge, relique majeure de la cathédrale. Cette victoire, attribuée à l’intercession de la Vierge elle-même, ne fait qu’accroître dans les siècles suivant le rayonnement du pèlerinage qui, à la faveur des dons, facilite le financement de la cathédrale actuelle.

Une autre source de cette puissance réside dans la richesse de la Beauce où le chapitre de la cathédrale possède de grands domaines. C’est de cette richesse et de cette puissance que découlent les cathédrales successives. Cet éclat matériel se double alors d’une grande renommée intellectuelle. L’évêque Fulbert de Chartres se trouve à l’origine du développement de l’École de Chartres qui s’épanouit pendant près de deux siècles. À côté de maîtres célèbres comme Thierry de Chartres ou encore Bernard de Chartres, l’évêque Yves de Chartres fut l’un des grands canonistes de l’Église.

Au xe siècle, la présence de Thibaud Ier de Blois dans son château modifie la répartition des pouvoirs au sein de la ville. Le renouveau économique autour des métiers de la rivière, soutenus par le comte et l’évêque, fonde les bases du développement urbain à venir. Dans le domaine politique et militaire, le roi de France Louis VI le Gros réduit à merci, au prix d’une longue lutte, le sire du Puiset, dont la puissance était un défi à la monarchie.

École de Chartres.
Durant la Renaissance du xiie siècle, s'épanouit à Chartres une pensée novatrice, nourrie par la redécouverte du platonisme, qui fait la richesse de l'« esprit chartrain » selon l'expression de Jacques Le Goff. Un esprit qui découle directement de la rigueur grammaticale et de la curiosité scientifique de l'enseignement de Bernard de Chartres, basé sur les anciens, et dont les propos à ce sujet, rapportés par Jean de Salisbury, sont devenus parmi les plus fameux de l'histoire intellectuelle :

« Nous sommes comme des nains juchés sur des épaules de géants, ainsi pouvons-nous voir mieux et plus loin qu'eux, non que notre vue soit plus perçante ou notre taille plus élevée, mais parce que nous sommes soulevés en l'air et portés par leur hauteur gigantesque. »

La ville du Moyen Âge, où le bois prédomine dans la construction, est particulièrement fragile face aux incendies : le feu peut partir de partout, toutes les maisons abritant un ou plusieurs foyers. En 1462, c'est du fournil d'un boulanger que part un sinistre qui détruit quelques maisons près de l'église Sainte-Foy. Le danger est aggravé par l'égoïsme : par exemple, en 1500, un incendie se déclare près de la cathédrale, et le point d'eau le plus proche est situé de l'autre côté du cloître. Les chanoines veulent interdire le passage et obliger les volontaires à faire le tour de la cathédrale, ne voulant pas que le va-et-vient trouble la tranquillité du lieu. La population passe outre. La ville est équipée de seringues géantes pour arroser les incendies plus efficacement

Cette région, au centre de la France et au cœur des domaines royaux, endure les conséquences de la guerre de Cent Ans. C'est à Brétigny, petit hameau au sud de Chartres, qu'est signé le 8 mai 1360 un traité marquant une trêve entre les Anglais et le roi de France Jean le Bon. Plus tard, c'est au sud du département que se joue l'épisode mémorable de la bataille des Harengs. Un convoi de vivres, venu de Paris et destiné aux assiégeants d'Orléans, fait l'objet d'une tentative de destruction par les assiégés de cette ville qui avaient fait une sortie hors de leurs murs.

Cette ère de prospérité connaît un regain, d’ordre architectural, aux xve et xvie siècles. La qualité des églises atteste l'ampleur du mouvement religieux et la prospérité économique des xiie et xiiie siècles.

Époque moderne
Gravure représentant Chartres au xviie siècle.
Article détaillé : Jehan II d'Allonville de Réclainville.
Au xvie siècle, malgré les troubles religieux, la ville de Chartres reste fidèle au culte catholique. Mais la fertilité du pays et les avantages financiers que la cité tire du ravitaillement de la capitale suscitent la convoitise des différents partis huguenots et catholiques. Après avoir été l’apanage de Charles de Valois, père de Philippe VI, le comté de Chartres est érigé en duché par François Ier en 1528 au profit de Renée de France, duchesse de Ferrare. En 1568, la ville est assiégée par le prince de Condé, puis le 19 avril 159121, par Henri IV. Malgré la résistance de la ville, il est sacré le 27 février 1594 en la cathédrale de Chartres : il est le seul roi de France sacré dans cette cathédrale et non pas à Reims. Plus tard, Louis XIV donne le duché de Chartres à la maison d’Orléans, dont l’héritier porte, jusqu’à Louis-Philippe, le titre de duc de Chartres.

Époque contemporaine
Le 24 août 1944 en route vers Paris où il sera le lendemain, le général de Gaulle prononce une allocution depuis les marches de la grande Poste de Chartres : « Combien m’émeut l’accueil magnifique de Chartres, Chartres libéré ! Chartres sur le chemin de Paris, c’est-à-dire sur le chemin de la victoire ! ».
24 août 1944 : le général de Gaulle prononce une allocution depuis les marches de la grande Poste de Chartres.
Lors de la Révolution, la cathédrale est relativement protégée, alors que plusieurs églises chartraines sont vendues, démolies ou transformées.

Au cours du xixe siècle, l’entrée dans le monde contemporain est marquée par des progrès importants comme l’arrivée du chemin de fer avec l’inauguration de la gare en 1849, la mise en place du tramway en 1899 ou encore la création, en 1909, parmi les premiers en France, de l’aérodrome, à cheval sur la commune voisine de Champhol où plusieurs pilotes acquièrent la célébrité comme Henri Farman et Latham. Ce terrain d'aviation devient la base aérienne 122 Chartres-Champhol où s'illustre une fameuse école de pilotage, dès la Première Guerre mondiale. Peu à peu, les activités purement aériennes sont transportées vers d'autres Bases Aériennes ; la base aérienne 122 Chartres-Champhol a fermé ses portes définitivement en 1997.

La ville profite de la prospérité des échanges agricoles et étend ses limites urbaines, tirant parti de l’ouverture de la ligne de chemin de fer Paris-Chartres, en 1841. Les portes de l’enceinte disparaissent, le dégagement du parvis de la cathédrale est partiellement réalisé en déplaçant l’hôpital, reconstruit à la périphérie de la ville entre 1857 et 1865 et le théâtre est doté d’une salle à l’italienne, inaugurée en 1861. À partir de 1923, Raoul Brandon érige, sur le site de l’ancien marché aux chevaux, un imposant bâtiment vite surnommé « Notre-Dame-des-Postes ».

La ville connaît encore son lot de souffrances dans la première moitié du xxe siècle avec les bombardements du 15 août 1918, de juin 1940 et de mai 1944. Pendant la Seconde Guerre mondiale, en 1940, Jean Moulin alors préfet d’Eure-et-Loir, a ses premiers démêlés avec les troupes du IIIe Reich en restant avec les 800 habitants qui n'ont pas participé à l'exode durant la bataille de France du 15 juin 1940. La Résistance française s'organise aussi à Chartres. À partir du 16 août 1944, des missions de reconnaissance menées dans la région par le 3rd Cavalry Group conduisent à la libération de la ville au prix de lourds combats menés le 18 août par la 5th Infantry Division et la 7th Armored Division appartenant au XXth Corps de la 3e Armée des États-Unis commandée par le général George Patton. En route vers Paris où il sera le lendemain, le général de Gaulle prononce une allocution depuis les marches de la grande Poste de Chartres le 24 août 1944 : « Combien m’émeut l’accueil magnifique de Chartres, Chartres libéré ! Chartres sur le chemin de Paris, c’est-à-dire sur le chemin de la victoire ! ».

Article détaillé : Incendie de la Bibliothèque municipale de Chartres en 1944.
Alors qu’à la fin du xixe siècle la population avait connu une stagnation, on constate après la Seconde Guerre mondiale, un nouvel essor, limité par la proximité de la capitale. Chartres connaît alors une véritable transformation économique et sociale se caractérisant par l’emploi, l’augmentation de la population et la création des quartiers de La Madeleine et de Beaulieu.

Aire de stationnement :
Adresse :
9, rue de Launay
28000 CHARTRES
Accès :
9, rue de Launay. Rocade sortie Z.I. Le Coudray, puis avenue d'Orléans dir. centre-ville 2ème feu à gauche au bout de la rue.
Contact :
Tel. : 02 37 28 79 43
Email : camping-roussel-chartres@wanadoo.fr
Site internet : http://www.camping-de-chartres.fr
Langues parlées à l'accueil :
Français, Anglais

Coordonnées GPS :
Latitude : 48.435
Longitude : 1.4994

Contact annonceur

LCCC

Gestion de l'annonce

Statistiques de l'annonce

Nombre de vues : 257
Dernière visite le : 16/10 à 14:39
Référence : 374
Envoyer à un ami :   
 
En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de Cookies.

OK